Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



ESCROQUERIE OU CHEF-D’OEUVRE? Au choix de chacun

 ENTRE MALAISE ET

 FASCINATION

 Résultat de recherche d'images pour "IRREVERSIBLE"

UN FILM QUI DEBUTE PAR LE

GENERIQUE DE FIN

VOUS AVEZ DEJA VU çA VOUS?

 *    *

*

Certains films  vous plongent direct dans l’expectative sans que vous sachiez avec exactitude si vous devez vous montrer fier  de les avoir vus ou au contraire  soutenir avec l’énergie du désespoir d’avoir succombé dans ce que, une certaine opinion tranchée définira comme étant une impardonnable faute de goût .  

En tout cas, est-ce ou non à déplorer, un sentiment assez voisin  m’assaille aussitôt mis  en présence d’un film tel qu’ Irreversible de Image associéeGaspar Noé qui, aussi bien  sur le fond que sur la forme  déclanche une bonne dose d’inquiétude  chez  quiconque aura été assez peu préparé,  à ce qu’on vienne heurter son  rassurant paquet de shémas préétablis.   Avec ce film qui oscille entre l’étrange et le carrément insupportable  disons que notre quidam est  servi jusqu’à saturation  question schémas pas préétablis  ne serait-ce qu’au plan d’une bien   déconcertante syntaxe cinématographique ( montage à l’envers) qui lui est crûment balancée en pleine figure.  

,IL y a évidemment dans cet Irréversible les deux séquences de violence inouie qui se seront durablement imprimées en nous et qui, je n’en doute pas continueront longtemps de nous hanter. 

 -Le  massacre à coup d’extincteur, qui n’en finit pas, du violeur présumé.   

-Celle du viol, qui n’en finit pas non plus, dans cet improbable tunnel. 

D‘un côté Pierre/Albert Dupontel défonce  le crâne d’un homme à coup d’extincteur dans une boite de nuit gay sado maso particulièrement sordide qui répond au  nom évocateur de  Rectum …..il fallait oser   ( comme çà, pas de confusion on sait  de quel côté Image 664988anatomique se monnaye le plaisir des habitués du lieu) . De l’autre, cette scène de viol dont est victime  Alex /Monica Bellucci dans ce tunnel à la luminosité qui n’est pas sans rappeler chez tout cinéphile plus ou moins (J.C) averti  certaines séquences de Clockwork Orange de Stanley Kubrick.    Séquence qui  en un seul plan séquence s’étire une bon gros quart d’heure   où l’on ressent jusque dans sa chair l’insupportable intensité de cet acte sauvage étrangement mis en reliefpar cet autre acte de lâcheté intégrale qu’incarne cet homme à l’autre bout du tunnel  qui  alors qu’il découvre la scène  fait prudemment demi tour avec l’air de quelqu’un qui se dit « moi je ne me mêle pas de çà »    . On s’en serait douté le type en question n’est pasClint Eastwood dans  Dirty Harry

ESCROQUERIE OU CHEF-D'OEUVRE? Au choix de chacun  dans VOIR ET REVOIR irreversible-3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A mon sens ce serait bien court d’expliquer que toute discussion autour de ce film  devrait se focaliser uniquement sur  ces  deux séquences qui rendraient anecdotiques du coup  tout le reste. Pour être exact il est impossible d’évoquer ces séquences sans leur adjoindre  cette écriture cinématographique absolument déconcertante, ce parti pris dès les premières minutes de  conduire à force de triturer du son en parallèle d’une déconstuction radicale des images à plonger le spectateur  au sens littéral du terme dans une atmosphère totalement irrespirable totalement suffocante au sens littéralement physique du terme puisque  vous vous rendez assez vite  compte que vous avez du mal à respirer en regardant cette succession d’images sautillantes  cette bande son absolument insupportable avec ces bruits parasites, cette prise de son approximative qui font que les dialogues en arrivent à être inaudibles et qui ne semblent être que des cris et mots jetés au vent avec ce mot  téna qui revient  sans arrêt ténia dans la bouche de Marcus Vincent Cassel, ténia étant le nom du violeur de sa copine Alex / Monica Bellucci au point de se sentir au bord de la crise le clautrophobie   . Tout cela  d’une ambiguité délibérement choisie par le metteur en scène avec cette objectf de faire réagir quasi physiquement le spectateur par souci   de provocation  que certains se seront empressé d  ’associer à un foutage de gueule en règle. Ce qui d’ailleurs contribue à rendre  les opinions si tranchées dès qu’on évoque ce film.

 

Pier Paolo PasoliniLa dernière fois qu’un film m’avait hanté plusieurs jours encore après l’avoir vu ce fut Salo de Pier Paolo Pasolini et si  c’est un film que je possède en DVD  j’ai du moins renoncé depuis un moment déjà à le revoir dans son intégralité tant certaines séquences   sont de nature insoutenables et sans doute que si j’établis une comparaison avec Irreversible je ne peux m’interdire d’affirmer que Pasolini avec Salo et sans recherche esthétique particulière et  par la seule force du propos réussit à dépasser dans l’insoutenable Irréversible.

Et ce n’est encore là  qu’une opinion.  

Jean Valleyzélé

 

 

 

 

 

 

               

.
 

OUTIL OR NOT OUTIL DE DE-COMMUNICATION ?

 Bienvenue dans un univers où une certaine destruction sociétale est en marche. 

Résultat de recherche d'images pour "chacundans le train avec son smartphone à la main   images"

*     *

*

__________________________________________________

.Scène du quotidien,  dans le T.E.R GRAND

EST reliant Sélestat à Strasbourg via Molsheim,

_________________________________________________________________________________________

  

 Contraste sans appel entre cette dame d’un âge déjà respectable paisiblement installée sur son siège avec un livre en main  et cette jeune femme assise en face d’elle qui Image associéepianote comme une malade sur son  ordi nomade qu’elle lâche  juste le temps de saisir son smartphone  à portée de main  pour fiévreusement vérifier si elle n’a pas de messages, d’appels de textos ou  je ne sais quoi encore   d’absolument indispensable à ses yeux et qui montre à quel point  elle entretient, avec ce minuscule accessoire  une relation quasi ombilicale. 

 

Image associéeA peine vient-t-elle de le saisir qu’elle s’empresse de pianoter aussitôt un numéro avec l’air inspiré et un peu sur ses gardes  du chat qui se vide les intestins( je souligne au passage que les chats n’apprécient guère qu’on les reluque  quand ils accomplissent un tel acte)  et quelques instants plus tard elle a quelqu’un en ligne et comme pour bien montrer qu’elle prend un insolent recul  vis à vis des consignes insistantes de la SNCF qui invitent à mettre  les portables en  stand by pour ne pas importuner les autres voyageurs elle se met  parler fort disctinctement de sorte que tout le monde dans cette partie de ce TER  peut, sans avoir à tendre l’oreille, saisir en détails le contenu de son appel,  de nature vaguement technico professionnel .  Pendant ce temps là  la petite dame toujours assise en face avec son livre des Editions Actes sud, preuve qu’elle  est une lectrice avisée à qui le goût ne fait pas défaut, donne des signes   d’agacement, qui se concrétisent ici par un petit mouvement de tête un pincement à peine visible de lèvres très éloquent et qui garde un silence qu’elle a de pus en plus de mal à contenir.   

Tss  tss jeune femme vous ne voyez pas que vous dérangez votre voisine! ! soyez mignonne allez donc rejoindre la zone autorisée pour donner votre appel.  

Risque d’esclandre  assuré de la part de ce petit bout de femme parfaitement bien dans son siècle  qui  assurerait, je n’en doute guère qu’elle ne dérange personne sous prétexe qu’aujourd’hui  il est habituel de travailler dans le train et que celles et ceux que cela dérange n’ont qu’à revendiquer des espaces réservés  comme jadis  les trains se composaient de  voitures fumeurs et  non fumeurs 

  Comment est-ce encore possible que quelqu’un puisse  lire un livre  dans un train en 2017 alors  qu’aujourd’hui la norme c’est d’avoir le nez rivé sur un écran ou d’avoir en permanence ou presque un mobile collé à l’oreille.

 Alors qui donc est cette anachronique petite dame d’un autre temps  dérangée dans sa silencieuse et coupable occupation?  une arriérée qui s’est trompée de siècle, une rebelle qui refuse de se laisser immerger par l’addiction ambiante ou encore une provocatrice?;

 Dans la peau d’un simple observateur dont la neutralité placide ne risque pas d’être ébranlée pour si peu  je suis à des années lumières de me poser pareille question  alors que je ne dispose pas moi-même  de mobile et que je me tiens  oisivement assis à quelques sièges de là à ne rien faire d’autre, au fond qu’à attendre  patiemment que le train me conduise à destination.   

Ai je oublié mon portable ou est ce que je suis un adversaire acharné de cet envahissant accessoire qu’il faudrait impérativement avoir est il de plus en plus sous-entendu pour jouir d’un parfait statut de citoyen du siècle ou plus précisément pour  ne pas risquer d’être regardé de travers.   Cette dernière remarque me ramène une fois de plus,  vers le souvenir ma pauvre vieille maman qui de son vivant ne cessait de marteler d’une voix plaintive que surtout, en toutes circonstances il ne fallait pas se faire remarquer et qui, je n’en doute pas aurait de la peine à comprendre qu’aujourd’hui pour éviter de se faire remarquer  justement il est préférable de posséder et d’utiliser cet objet d’une impérative utilité  qui vous entraîne dans un état de perpétuelle effervescence et d’occupation permanente. 

Pourquoi chercherais-je à me justifier en quoi que ce soit de ne pas disposer de portable alors que je ne vois aucune utilité à en avoir un et je suppose que cette dame se rallie   à ce point de vue qui pense sans doute que prendre le temps de lire au milieu de tous ces agités est  un privilège de plus en plus  rare dans un monde  qui ne sait plus trop après quoi il court. 

C’est toujours savoureux de voir la bille des gens (administration par exemple) qui vous regardent comme si vous étiez un attardé mental quand ils vous demandent votre numéro de portable.et que vous leur répondez avec un naturel étudié que vous n’en avez pas sans oublier d’ajouter que vous en aurez sans doute jamais. C’est comme çà que voulez -vous! !  J’avoue jouir d’un plaisir coupable à ne pas être joignable 24H sur 24. Ensuite, pour ce qui est des portables, je résumerai la chose en estimant  que le caractère soi disant indispensable d’un tel accessoire est directement en relation avec un monde où l’on a fini par prendre pour acquis que tout le monde en possède un, et pour la majorité, en plus, un smartphone. Tout devient donc basé sur ce pris-pour-acquis,  qui doit mettre dans une position intenable et culpabilisante celles et ceux qui n’en possèdent pas.

Pour tout dire J’ai du mal avec les téléphones portables, qui selon moi réduisent  souvent les possibilités de dialogue, d’échange, de partage, et je ne comprends pas du tout l’intérêt, par exemple d’en avoir un allumé quand on s situe dans un rapport direct à un autre (un débat, une discussion), une oeuvre (un film, une peinture) ou les deux à la fois (une pièce de théâtre, un concert…).

Mais qui sait s’il n’existe pas déjà chez les RG une brigade spéciale habilitée à dresser la liste des  individus qui ne possèdent pas de portable et qui sait aussi  si dans un futur plus ou moins proche quiconque n’aura pas de portable de smartphone sera verbalisé et courra le risque d’êrre emmené manu militari vers des centres  de rééducation destinés à effacer cette sous jacente rebellion contre la révolution numérique victorieuse

Ouf! ! ! nous n’en sommes pas encore là et pour l’instant du moins chacune ou chacun est encore en dépit d’une sournoise pression sociétale de plus en plus insistante à peu près libre de choisir. Pour ma part, j’ai un téléphone fixe et c’est amplement suffisant et je corresponds majoritairement par courriels. C’est suffisant, à mon sens pour se donner rendez-vous et aller à l’essentiel ! Les gens faisaient sans il y a 20 ans. Ce qui caractérise le plus les « sans-mobile », c’est leur rapport au téléphone dans leur passé. Ce sont en général des gens qui tiennent pour preuve, dans leur histoire, que le téléphone mobile ‘n’a pas d’utilité. A titre d’exemple exemple, ils faisaient un usage très restreint du téléphone fixe. Sans aller pour atant à contre courant, Je pense qu’il y a place à  l’idée d’une forme de droit à la déconnexion, de droit de se faire oublier. On vit dans une société de l’illimité. les sans mobiles aspirent tout simplement redonner du crédit aux limites de la joignabilité. Il y a un besoin de reposer des frontières. C’est une limite dans l’espace, pas seulement dans le temps. Ne pas répondre à son chef en dehors des heures de travail, mais aussi ne pas laisser les gens leur demander où ils sont, à chaque instant. Revaloriser les frontières: le dedans, le dehors.

 Moi en tout cas je revendique l’idée d’une forme de droit à la déconnexion,en bref de droit de se faire oublier. On vit dans une société de l’illimité.

selon moi il est indispensable de redonner du crédit aux limites de la joignabilité. Il y a comme une aspiration de reposer quelques frontières. C’est une limite dans l’espace, pas seulement dans le temps. Ne pas répondre à son chef en dehors des heures de travail, mais aussi ne pas laisser les gens leur demander où ils sont, tout le temps, bref refuser cette forme d’intrusion permanente. 

Certains lui reprochent de créer un sentiment d´urgence et d´impatience artificiels, brouillant la hiérarchie entre ce qui est important et ce qui ne l´est pas. Accaparé par le petit écran, l’utilisateur est carrément coupé de son environnement immédiat.  » il s’enferme dans sa bulle d’intimité. » De plus, le mobile renforcerait l’isolement en appauvrissant le dialogue.   Puisqu’on est tout le temps joignable, on vit surtut das l’illusion de communiquer davantage, mais force est constater que les conversations sont brèves et superficielles. Au bout du compte, on en dit beaucoup moins que dans des échanges plus posés. »

Image associée

Qu’on s’en émeuve ou non le téléphone portable est en passe de devenir le meilleur ami obligé de l’homme en s’imposant comme accessoire indispensable dont l’absence peut  d’ailleurs entraîner une réelle souffrance pour quiconque  n’a pas son téléphone portable à portée de main . La nomophobie peut alors  se traduire par des crises de panique; une respiration qui deviendrait courte des nausées des tremblements ou un rythme cardiaque accéléré. Alors si vous constatez que vous vérfiez sans cesse où se trouve votre smatphone ou que vous êtes angoissé en permanence à l’idée de l’égarer. vous souffrez déjà de nomophobie. un conseil appliquez une fois de plus la méthode Coué  tous les jours je prends un peu plus de distace avec mon portable et je vais de mieux en mieux.  

Jean Valleyzélé

 

 

 

 

 

 

.
 

Ne pas oublier de faire figurer sur les tablettes de l’éternité

maxresdefault

« LA PIRE MERVEILLE » 

DES ROLLING STONES:

 STICKY FINGERS

*           *

*

Paru en 1971, (  j’ai du mal à réaliser comme le temps a passé vite) cet album à la célèbrissime pochette reste probablement à ce jour,   l’un des diamants indiscutables de la très riche et quelquefois aussi, hélas, décevante production des Rolling Stones  . 

Quarante six ans plus tard sans une seule ride ou presque  il est, qu’on soit ou non d’accord, sans doute l’album  qui , pour l’éternité, restera la création des Stones qui leur ressemble le mieux. !

Or si tout a déjà été dit sur STICKY FINGERS, alors pourquoi s’obstiner encore à vouloir tenter d’ajouter  quelque chose  qui prétendrait éclairer sous un jour  nouveau cette éminente création musicale .

 Si tout le monde s’accorde à affirmer à propos de STICKY FINGERS qu’il se trouve dedans le plus beau morceau des Stones……au final  personne ne cite le même ! étonnant non?!?

En tout cas s’il me fallait, mettre en relief un seul morceau de bravoure en particulier de ce « grand crû classé » qu’est STICKY FINGERS je porterais mon regard et surtout mes oreilles  avec toute la subjectivité d’un stonien averti mais pas pour autant, inconditionnel à tous crins vers l’ensorcelant, que dis-je l’époustouflant Can you hear me knocking » qui, selon moi, en tout cas, représente probablement à lui seul la substance même du génie stonien dans ce qu’il aura été sans doute capable d’exhaler de plus universel. 

 A peine ai-je entendu, pour la toute première fois, il y a déjà plus de quarante ans l’intro de ce morceau , à peine ai-je entendu ce riff  inoxydable  et puissamment accrocheur lancé par Keith Richard  que je me suis subitement demandé à ce moment là  comment le morceau allait pouvoir  s’affranchir d’un riff aussi carré.  Et pourtant il ne faut pas attendre longtemps avant que çà décolle vraiment grâce à la prise en voix insolente et bien posée de Sir Jagger  et qui  après sa plage vocale passe  le relais   Résultat de recherche d'images pour "mick taylor rolling stones photos" au saxo  très envoûtant et  jazzy de Bobby Keys  avant d’ailleurs que lui-même, quelques instants plus tard ne donne les clés suis-je tenté de dire à l’éloquente et non moins très inspirée guitare de Mick Taylor qui nous livre ici l’un des soli les plus inspirés de sa carrière stonienne ,  celui qui compte aussi parmi les plus beaux de l’histoire du rock avec tel ou tel autre dont je me garderai de balancer un seul nom pour prudemment m’épargner l’injuste mission  d’établir une sournoise et contestable hiérarchie . 

A lui seul Can You Hear Me Knocking suffirait ( opinion toute personnelle qui à n’engage que moi forcément) à faire entrer Sticky Fingers au panthéon des albums de légende en ce sens que la prouesse musicale qui lui correspond est un moment de grâce absolu qui ne tient à aucune esbroufe  comme on nous en a déjà tellement servie .  

  

Let It BleedSTICKY FINGERS s’inscrit avec beaucoup de cohérence  dans la continuité de BEGGAR’S BANQUET et LET IT BLEED et ainsi conclut   une sorte de trilogie  qui marque en quelque sorte la nouvelle vitesse de croisière des Stones après la disparition de Brian et l’arrivée ô combien féconde de Mick Taylor qui entre 1969 et 1974  contribuera à  renforcer chez les Stones l’image d’un band très créatif et habité qui aura contribué à marquer l’histoire du rock et celle de toute la musique en général. Charlie a d’ailleurs toujours dit que ce que les Stones avaient fait avec Taylor était ce qu’ils avaient fait de mieux. Et quand Charlie dit quelque chose !!!

 Image associéeRendus confiants par l’acquisition de leur propre label et par la présence du nouveau Mick ils lachent la bride, étalonnent à leur convenance trouvent la recette, le bon équilibre, un son immédiatemnt identifiable… Un pincée de country, du folk, du rock, un morceau lyrique que certains trouvent un peu long mais qui ose encore trouver Can you hear me knoking un peu long?!?  quelques violons par-ci, un blues acoustique par-là. »les Stones de la période dite Taylor,  n’ont jamais été aussi bons.    Les Stones démontrent qu’ils sont à la fin de 60 le meilleur groupe de rock de la planète et à partir de là on duplique la recette avec la cetitude que çà marchera toujours puisqu’on est les meilleurs. Les stones ont arrêté de chercher, avec STICKY FINGERS Euréka! ! ! ils ont trouvé la formule magique.  Et pour appuyer notre coté sulfureux, on va ouvertement faire l’apologie des drogues  dures de préférence et pousser la provocation en mettant  une braguette et un slip moule burnes en couverture histoire de terrifier les rosières ! Avec le tampon « Andy Warhol » en alibi culturel ! 

j’aurai pu encore m’attarder quelques instants, pour le plaisir sur brown sugar qui fait démarrer cet album sur les chapeau de roue.  Car Brown Sugar c’est d’abord un riff tout à fait musclé et immédiatement reconnaissable comme l’expression même du son rolling stones.  Pas besoin d’être un spécialiste pointu du band pour reconnaître ce son là.  Brown sugar est taillé pour être un hit  ce qu’il est  encore aujourd’hui et c’est le hit qui ouvre Sticky Fingers et sans doute que cet album n’aurait peut être pas la même saveur si Brown Sugar n’y figurait pas. 

Jean Valleyzélé

 

 

 

 

.
 

QUAND ON VEUT SE DEBARRASSER DE SON CHIEN

NE DIT-ON PAS QU’IL A LA RAGE

Résultat de recherche d'images pour "liberté de la presse menacée images"

« NE PAS FAIRE CONFIANCE

AUX

JOURNALISTES » 

*        *

*

Résultat de recherche d'images pour "la une du canard enchaîné sur pénélope fillon images" *.       *

*

A en croire un certain courant d’opinion qui progresse de manière inquiétante en ces temps troublés où les thèses complotistes et « les vrais informations alternatives » se répandent au rythme des réseaux soi-disant sociaux la Presse en général n’aurait guère la cote puisqu’il se  colporte dans les « milieux initiés… à quoi je me le demande encore »  qu’elle serait tombée entre les mains de gens d’une malhonnêteté foncière dont l’activité principale   consisterait à désinformer   méthodiquement pour mieux semer  la confusion et chercher à démolir des réputations « sans tâches »  dans le but, forcément de servir  de puissants et mystérieux lobbies aux desseins autant douteux que malfaisants.

C’est ainsi, qu’aussi vite il ne faut à le dire une certaine face de carême  en provenance d’un coin de notre beau pays limitrophe,  de celui des chouans  aura largement  laissé entendre sous forme de quelques déclarations venimeuses qui ne lui auront, au final,  été guère profitables que le Canard enchaîné  cet honnête  et fort respectable palmipède satirique hebdomadaire, ne se distinguerait pas du marigot ambiant en n’étant rien d’autre, au final qu’un torchon destiné à salir des réputations d’honnêtes et irréprochables Tartuffes à eau bénite de son calibre.

Résultat de recherche d'images pour "fillon tête de con  images"

Ρourquoi d’ailleurs s’attarder plus qu’il n’est nécessaire sur la pathétique affaire d’un Petit Filou  pris la main dans le pot de confiture alors qu’en réalité la vraie question consisterait bien à se demander non pas si les allégations contenues dans le Canard sont vraies ou fausses ce qui ne remet, selon moi, pas en cause l’honnêteté dudit Canard mais à qui profite le crime et de quelles sources sensibles proviennent les informations ayant  alimenté ce feuilleton politico n’importe-quoi. Ah évidemment le Filou de service et sa petite bande  soudée de bric et de broc pour sauver les apparences se la sont posé en long et en large et en travers cette question, je n’en doute pas, pour aboutir à  cette pitoyable conclusion réflexe   que la gauche ( l’incarnation du mal pour cette société là) aurait été à la manoeuvre notamment du côté de l’Elysée où un très actif cabinet noir ( voyez vous çà! ! ! ) aurait été particulièrement  aux ordres de  »l’affreux » François Hollande qui, sous son air débonnaire et jovial n’aurait été en réalité qu’un machiavélique personnage ne valant guère mieux au fond que son prédécesseur  Nicolas le péquégno dont la tendance voyou  est reconnue de tous ou presque.   Comme quoi on ne refera pas le monde et  qu’il sera toujours dérangeant pour quelques uns  que puissent être ainsi étalées au grand jour des pratiques d’une netteté dscutable et  somme toute assez peu morales surtout quand ladite Face de Carême entend affirmer avec l’air de quelqu’un à qui on donnerait le Bon Dieu sans confession qu’après 32 ans de vie politique et d’éthique irréprochable  il n’avait rien à cacher.  

Résultat de recherche d'images pour "L'affreux françois hollande  images"

Οr si le très recommandable palmipède  eut été vraiment ce torchon propagateur  de fake news voué à la casserole,  je ne suis pas pour autant convaincu que la justice se serait intéressée avec autant de promptitude  à cette « anodine » affaire d’emplois fictifs visant, en particulier cette austère et honnête Image associéemère de famille très « cul bénissez moi mon Dieu parce que j’ai péché »  et accessoirement  conjointe de ladite face de carême. Il n’est pas vain non plus, pour remettre les pendules à l’heure, histoire de saisir la balle au bond et histoire aussi de ne pas perdre le fil des événements et ce  pour éclairer les lanternes de celles et ceux chez qui la mémoire chancelle que ce soi disant torchon, par le passé a déjà  révélé des affaires aussi marquantes  et indiscutablement solides qu’ont pu l’être aussi bien l’affaire des   avions renifleurs qui ne reniflaient rien du tout que celle non moins cocasse et scandaleuse des diamants de Bokassa  qui plomba de manière définitive la crédibilité d’une tête d’oeuf  de président de la cinquième république.

Or le plus gros mensonge et l’expression même de la plus mauvaise foi qui puissent être ici soulignés aura été cette obstination au mépris des évidences à propager cette idée que les journalistes seraient des gens malhonnêtes sans aucune éthique   qui mériteraient d’être sérieusement mis  au pas à défaut  dans un premier temps de les tenir solidement en laisse.

Car  c’est bien là, il faut le reconnaître, ce qui peut s’appeler, avec toute la prudence requise, un  dangereuse remise en question   de la liberté de la presse qui s’invite crûment ici surtout à partir de l’instant où  un Petit Filou et sa bande crient à l’acharnement médiatique et à je ne sais quoi encore alors qu’ils ne rêvent  que  de pouvoir disposer d’idiots utiles dociles et aux ordres  prêts à  uniquement servir leur propagande qui serait à peu près à la vérité et l’objectivité ce que  le tournedos rossini est au repas végétarien.  Il est un fait que lorsque sont étalées sur la place publiques  certaines pratiques qu’on aimerait qui ne soient pas connues  du plus grand nombre çà dérange évidemment beaucoup celles et ceux directement visés et comme le disait le grand Nicolas ( ne surtout pasQUAND ON VEUT SE DEBARRASSER DE SON CHIEN dans Billet d'humeur ou presque confondre avec Nicolas le péquégno) ( la fin justifie les moyens.  que voulez vous).  Or, je le répète, la démarche la plus malhonnête sans doute n’aura donc pas été de nier d’avoir été pris les doigts dans le pot de confiture mais d’avoir cherché à contrattaquer en mettant en cause l’honnêteté de celles et ceux qui ont eu « la lâcheté » de balancer une très dérangeante affaire sur la place publique.  

Νe perdons jamais de vue que la liberté de la presse restera toujours une liberté fragile aussi longtemp que pour des raisons X ou Y  certaines gens   verront  d’un mauvais oeil que des informations puissent circuler en toute liberté surtout quand celles-ci tendent à  faire vaciller les auto proclamés puissants de leur piédestal.

Sous les régimes autoritaires les premières mesures qui souvent sont prises visent  bien souvent la liberté de la presse  parce que ces régimes là pour pouvoir garder les coudées franches en vue de mieux maintenir la masse des gouvernés dans l’ignorance la plus crasse, jugent surtout insupportables  qu’une place puisse être permise à des contre pouvoirs  . On observera à titre d’exemple que pareille mise en oeuvre aussi bien  avec le régime du turc d’Erdogan qui dans sa paranoïa latente enferme à tout va les journalistes au prétexte qu’ils auraient de dangereuses complaisance avec le « terrorisme kurde » que celui non moins oppressif et brutal de Poutine plus au nord qui en s’appliquant à éliminer avec méthode toute forme d’opposition ne fait pas mieux sinon pire.  Car des régimes de cette nature auront toujours ce mauvais réflexe de toujours pointer une raison de dénoncer un danger qu’il sera toujours nécessaire de museler au nom d’un soi disant  intérêt supérieur, en particulier chez celles et ceux qui osent faire entendre une voix discordante. 

Résultat de recherche d'images pour "liberté de la presse menacée images"Faisons  et jen resterai là pour aujourd’hui, un peu de prospective.  Imaginons un bref instant que la Walkyrie ait accédé aux manettes. Au début tout du moins il est même possible que pour endormir les craintes qu’elle se fut efforcée de manifester quelques signes de bienveillance vis à vis de la presse  en la laissant faire tranquillement son travail et puis sournoisement, chassez le naturel il revient au galop on aurait pu s’attendre à ce que puissent surgir certains décrets à visage apparemment consensuel  et indispensable et qui se seraient avéré bien vite à l’usage éminemment toxiques pour la démocratie.  Tenons nous le pour dit tout régime politique qui poursuit en justice pour délit d’opinion met en danger la liberté de la presse cette liberté qui risque de disparaître que si on ne s’en sert pas.

 

 DEFENDONS LA PRESSE ELLE LE MERITE ET METTONS TOUJOURS EN GARDE CELLES ET CEUX QUI LA DENIGRENT AU NOM DE JE NE SAIS QUELLE ETHIQUE SOI DISANT PAS RESPECTEE DE RÊVER SURTOUT A JE NE SAIS QUEL MUSELAGE GENERAL DE LA SOCIETE ENTIERE;

Jean Valleyzélé

 

.
 

DEPUIS LA MISE EN ROUTE DE MON BLOG

   J’AI FAIT LE CHOIX

D’UNE APPROCHE

GENERALISTE ET DILETTANTE

…………………………………. Résultat de recherche d'images pour "coup de coeur dessins"

     Résultat d’images pour COMFORT TO THE SOUL PHOTOSRésultat d’images pour JULES VERNE  PHOTOSRésultat d’images pour LUCETTE ALMANZOR   PHOTOSRésultat d’images pour TRILOGY ANA POPOVIC  PHOTOSRésultat d’images pour BLUE ROOM ANA POPOVIC  PHOTOSRésultat d’images pour WILD HEART  SAMANTHA FISH  PHOTOS

 *        *

*

 J’ai débuté, sur les conseils de mon fils, ce blog fin 2013 sans savoir qu’une bonne centaine de billets plus tard je ne serais pas, mais alors pas du tout  disposé à suspendre cette activité  pour laquelle, aussitôt que le coeur m’en dit,  je consacre en moyenne deux à trois heures par jour.

 Mon blog Jusqu’ici du moins et ce au gré de mes grands  coups de coeur; et  mes petits coups de gueule ,  n’aura  eu, au fond pas  d’autre finalité    que d’exprimer avec autant de clarté  possible quelques uns  de  mes points de vue  les plus élargis sur les  sujets les plus variés qu’ils soient  [politiques, sociétaux], [historiques ou artistiques].Tout çà pour dire que mon blog n’a pas prétention  à « asséner » des vérités définitives.

Je soutiens que les billets postés dans ce blog n’ont jamais été écrits selon une stratégie  autre que celle commandée par l’humeur  du moment  voire  une  certaine urgence  sans autre prétention pédagogique que d’obéir à une approche  toute personnelle  des sujets que je prétends traiter.  Si je développe, entre autre exemple des questions de musique  je prends le parti de ne jamais trop m’égarer dans les  détails techniques et tente, plus volontiers, d’expliquer pourquoi telle ou telle musique rencontre chez  moi un écho favorable; et pourquoi elle s’allie avec mon propre  feeling.  

 Depuis plus de trois ans je m’efforce ainsi de poster mon billet hebdomadaire si bien qu’aujourd’hui, (petit à petit l’oiseau fait son nid) j’en ai postés plus d’une centaine.  Je le reconnais, certains ne cassent pas trois pattes à un canard alors que pour une poignée d’entre eux  je n’ai pas à rougir . Je note que, toujours par rapport à des statistiques dont je doute de la fiabilité, certains billets seraient ( le conditionnel est de mise) plus « lus » que d’autres évidemment. Fort de ce constat qui me fait une belle jambe  Je me rends ainsi compte que les deux billets les plus lus à ce jour selon cette statistique  seraient celui  consacré à

Image associéeComfort to the soul l’un des premiers CD de la sexy blueswoman d’origine serbe Ana Popovic ainsi qu’un billet hommage à Jules Verne dont la lecture des Voyages extraordinaires  me permit d’opérer cette passer d’un statut de lecteur hésitant à celui de lecteur averti. Un troisième billet qui semble avoir  été très « lu » aussi et qui semble-t-il continue de l’être c’est celui qui rapporte ce moment culotté où, en 1973 que je débarquai effrontément au 25ter route des gardes à Meudon-bellevue chez Madame Lucette Almanzor .  C’était 12 ans après la mort de L.F  Céline et cette année là fut pour moi une année pleine de fièvre au cours de laquelle je plongeais ébloui dans ue oeuvre que je trouvais fascinante et pas du tout fascisante pour cette   bonne raison qu’à ce moment là encore je refusais d’admettre que le racisme et le discours haineux et paranoïaque de l’affreux jojo des belles lettres put avoir quelque fondement. Je me rends compte aujourd’hui à quel point J’étais tellement  aveuglé que j’étais en totle’incapacité  de voir quel personnage infréquentable pouvait être ce monsieur qui s’était construit un personnage à la hauteur de son lyrisme. 

Pour tomber sur mon blog,  sans se blesser il suffit de taper Poledattraction  à la page Google et arriver ainsi directement sur les dix derniers billets postés. Au fond ce blog aurait tout aussi bien  s’intituler Centre d’intérêt ce qui veut dire avec assez de clarté combien je prétends  parler de à peu près tout qui capte, sur cette planète, mon attention en particulier c’est à dire la littérature, le cinéma , avec précisément certain grands coups de coeur  de cinéphile qui ne vont pas forcément vers des films sortis la semaine dernière et la musique, celle qui se joue avec des vrais notes et de vrais accords;  le blues entre autres genres lequel tient une place majeure pour la bonne raison que depuis que je suis tombé dedans vers mes dix sept ans j’avoue n’en être plus jamais sorti depuis.   

Plutôt que d’aspirer à ce  que mon blog  soit visité des millions de fois  je saurais toujours mieux, modestement parlant, me contenter    d’une petite poignée de lecteurs assidus qui non seulement  fera l’effort de vraiment lire mes billets et qui  plus est, attendra chaque semaine ou presque la prochaine mouture.  Autant de lecteurs que je ne rencontrerai sans doute jamais et qui, pourtant ouvrent cette possibilité  encourageante de communier avec moi par billets interposés.  

 Si je me réfère aux statistiques, j’observe que parmi les dix billets qui semblent être les plus lus depuis la création du blog je note que  trois billets gravitent autour de la littérature et cinq billets autour de la musique au sens le plus  large puisque  je compte pas moins de quatre billets qui se rapportent au blues et un à la musique baroque; c’est à dire,plus précisément un billet très personnel consacré à Didon et Enée l’opéra de Henry Purcell où je m’aventure à affirmer que les morceaux de bravoure qui émaillent  Didon et Enée ne pourront selon moi jamais rivaliser avec ce que je trouve de plus sublime de ce qui a sans doute été fait en musique jusqu’ici, l’air de la reine de la nuit dans La flûte enchantée de WA Mozart

Résultat d’images pour photos de W.A MOZART

Je ne crois pas non plus être l’otage de mon blog bien que dans les faits je reconnais lui marquer une grande fidélité.  Il arrive, quand je pars  vers une quelconque villégiature qu’aucun billet ne soit posté pendant un ou deux mois. Car généralement quand je suis en villégiature je suis totalement déconnecté ce n’est pas plus mal .  Je trouve tès affligeant qu’aujourd’hui on ne puisse plus faire dix pas sans avoir  en main et toujours prêt à l’emploi l’un de ces horribles accessoires sensés au départ être des outils pratiques devenus de plus en plus addictifs et chronovore. Ce qui veut dire que  lorsque je suis  en villégiature je ne m’interdis pas non plus, obéissant en celà mon propre tempo, de songer à esquisser  de prochains billets

Pendant que je rédige ou que je tente de rédiger ce billet alors que dehors  le printemps qui arrive nous fait l’honneur d’une série de superbes journée ensoleillée je songe en parallèle à quelques prochains billets  dont un sur l’opprobre jeté aussi bien sur le personnel politique que sur la soi disant toxicité des journalistes.  A ce propos j’ai quelques idées assez précises en tête pour argumenter çà.

-et ton nom Jean Valleyzélé c’est un pseudo évidemment!? ! 

-Eh ben non bouffi c’est mon vrai nom certains s’appellent bien Dupont ou Durand ( clin d’oeil, au passage à la sinistre trinité de l’assassin habite au 21) moi je m’appelle Valleyzélé après tout j’aurai pu tout aussi bien m’appeler  Jean Delettre ou Jean Tirleuconsécance çà n’aurait sans doute pas changé grand chose à l’affaire. Quoique…Quoique….à menteur menteur et demi disait l’autre 

 

Jean Valleyzélé 

 

 

 

 

.
 

AU VILLAGE DE TOUS LES DANGERS

N’EN TIRONS PAS,

POUR AUTANT,

UN CONTE FUNESTE

Résultat de recherche d'images pour "photos anciennes villages de france"

*         *

*

Dans un [charmant] petit village[qui se croit grand] d’un quelconque pays[qui se croit grand lui aussi] où il fait, en général ni Résultat d’images pour abraracourcix photostrès chaud ni très froid et où, entre  belote et  pastaga  on se la joue Dolce Vita , il existe vers le milieu de chaque décennie,une curieuse coutume qui consiste,  à élire le prochain chef de village dont les soi disant immenses pouvoirs  viennent aiguiser les ambitions et aussi les coups tordus et les haines plus ou moins affirmées des uns et des autres. 

Cette année là,  ils sont sept en tout sur la ligne de départ  bien décidés à en découdre pour pouvoir accéder aux Huttes de la chefferie  et parmi eux figure AU VILLAGE DE TOUS LES DANGERS dans Perspective ironiqueen bonne position de l’emporter un certain Ulysse Phoenix dont la moindre des qualités est de  revenir à chaque fois in extremis dans le jeu alors que personne ne parie plus un kopek sur sa personne. Avec un programme qui promet surtout aux villageois bien des larmes et bien des efforts au delà de leurs forces  il serait ainsi  en passe d’accéder à la porte des huttes de la chefferie. Bien sous tous rapports (tout dépend lesquels) un peu coincé d’allure, je vous l’accorde, le sourcil broussailleux et plutôt engoncé dans son costume de premier communiant à qui on aurait donné le Bon Dieu sans confession, ce candidat là, se veut irréprochable aussi bien  sur sa vie, ses actes et sa femme, Pénélope aux  casseroles. Il se pose ainsi en  véritable parangon de vertu,   pouvant ainsi arguer d’une virginité assez peu coutumière en un lieu où, ma foi les petits arrangements pas toujours très recommandables sont une sorte d’habitude ce qui lui donne toute légitimité pour imposer sa potion  de cheval destinée à tenter de sortir  le village du marasme dans lequel,  selon lui, ce dernier croupirait  dangereusement.

Résultat d’images pour CHEVALIER BLANC PHOTOS

  Mais ne voilà-t-il pas qu’on vient de se rendre compte que derrière cette posture de chevalier blanc   et de défenseur sans faille de la potion de cheval salutaire qu’il  a certes bien  l’intention  de  faire  avaler et jusqu’à la dernière goutte à tous ces cons de villageois   se cache en réalité quelqu’un dont  les intentions ne sont pas exactement dans l’esprit de se soumettre lui-même à cette « purge salvatrice »   démontrant une fois de plus, par là le fameux adage mille fois observé déjà du  faites comme ceci mais pas comme moi  qui contredit  sa posture de héraut blanc comme neige des sommets. 

 Face à lui, il y a donc  cinq ou six autres prétendants dont cette grande jument  tendance Panzer et  grosse BerthaRésultat d’images pour panzers  photos  Résultat d’images pour grosse bertha  photosréunischacun étant libre si çà lui chante d’opérer l’association d’idée assez logique qui en découlelaquelle  revendique, avec mille moulinets et [force haine]  sa différence d’avec tous les autres candidats qu’elle  s’empresse de fourrer dans le même sac à linge sale et qui ne cesse entre autre de dénoncer à  cor et à cri cri  que si son village ne se porte pas  bien c’est parce que les chefs précédents  ont honteusement failli à leur mission en ne le protégeant pas des velléité invasives et grouillantes de villageois hideusement exotiques  venus selon elle avec l’intention d’affaiblir son village, son si joli village qu’elle aime tant et qu’elle se propose  (avec un sens du sacrifice dont la théâtralité n’aura échappé à personne) de le défendre mieux que tout le monde en faisant rempart de son corps s’il le faut.  .SonRésultat d’images pour marine le pen caricatures  photos discours à force d’être martelé sans nuance et sur tous les tons possibles   a donc  fini  par séduire de plus en plus de villageois aveuglés et incapables de discerner  dans ce discours  quantité des failles et de grossiers mensonges pour masquer, à la fois les à peu près et les lacunes les plus flagrantes en même temps qu’un mode de pensée  guère recommandable  né quelque part, nous ne le soulignerons jamais assez entre l’hôtel du Parc d’une ville d’eau prestigieuse et les lointains djébels . Pour finir elle aussi est plus ou moins empêtrée dans des histoires qui tend à prouver que là aussi elle n’est sans doute pas si différente que çà de tous ces autres  dont elle s’applique frénétiquement à se démarquer.  Elle a entre autre  un différend avec le grand conseil des villages qu’elle déteste cordialement et quand je dis cordialement  je reste d’une politesse exquise  qu’elle accuse avec une conviction et une véhémence qui ne se dément jamais d’être à l’origine de la faiblesse grandissante de son cher trrrrrrèèèèèès chéeurrrre Résultat d’images pour cauchemar  photosvillage.  Alors peu importe qu’elle soiten délicatesse avec le grand conseil des villages elle s’asseoit dessus et plus elle s’asseoit dessus et plus les braves villageois dont le degré de réflexion, je le signale, ne va autant dire jamais  au delà du bout de leur nez  lui accordent un  crédit si grandissant qu’elle n’aura jamais été aussi près d’accéder  à la fonction. Un véritable cauchemar…

..

 Et puis il y a  cette espèce de lutin difficilement identifiable qui semble être venu de nulle part qui impose très vite cette image  de Résultat d’images pour brigitte macron caricaturejeune premier dont le tropisme gérontophile,  tendance Brigitte, Résultat d’images pour brigitte macron caricature n’a  rien entre nous de  répréhensible tant qu’il n’y a pas de tentative sérieuse de se reproduire   et  dont le programme est une recette assez culottée qui oscille entre la méthode Coué et un volontarisme à tout crin soutenu notamment par un vieux cheval de retour décidément il a un ticket auprès des vieux qui  le rendrait presque sympathique)   

Résultat d’images pour françois bayrou caricatures 

Alors qu’il devient de plus en plus populaire auprès des villageois qui voient enRésultat d’images pour emmanuel macron caricature images lui une alternative crédible à  la mollesse qui, soi disant, aura caractérisé la chefferie précédente.  notre lutin qui voudrait démontrer que la valeur n’attend pas le nombre des années se fait évidemment des ennemis parmi les autres candidats qui voient en lui quelqu’un capable  de bouleverser la donne   en rebattant les cartes  de fond en comble.  Sa pire ennemi évidemment est la grosse blonde version panzer qui n’a de cesse de l’attaquer par tous les bouts et j’allais dire par tous les trous laquelle se fait aussi virulente qu’elle peut dès qu’elle parle  de lui parce qu’elle  dit voir en lui la continuité de la molle chefferie précédente et surtout parce qu’elle voit en lui  le principal obstacle à son accession à  à la chefferie qu’elle sent si proche pourtant.

 Un autre larron est aussi là un peu seul à force, de perdre son sang froid et de s’opposer  à tous sans y mettre de nuances.   Résultat d’images pour MELENCHON PHOTOSOn le situe quelquefois comme assez proche dans l’essai de captation des villageois de la grosse blonde genre panzer mais çà il faut éviter de trop le  crier sur les toits car  sur le papier du moins il est son ennemi juré affirmant bien haut que rien ne les rapproche et que tout les sépare. Pourtant pourtant par rapport à la critique qu’ils vouent l’un et l’autre au grand comité des villages ils manifestent un point de vue assez proche somme toute.    Lui sait déjà qu’il ne sera pas  dans l’emballage final alors il  ne se fatigue pas à soigner  son image , il ne cherche surtout pas à donner une image sympathique allant même jusqu’à rabrouer  violemment toutes celles et tous ceux qui  pourraient le contredire alors qu’ils lui sont favorables.  

Résultat d’images pour benoit hamon caricaturesDernier mot sur un candidat qui me plaît bien  et qui apporte un peu de rêve dans cette empoignade champêtre  mais Résultat d’images pour Benoît Hamon  caricaturesdans un village où  l’on refuse de rêver ses propositions arrivent ou trop tôt ou trop tard mais en tout cas elles ont le mérites d’attirer la sympathie.  Si j’étais villageois concerné je le soutiendrai  parce que parce que la vente légale de cigarettes qui font rire et  un revenu assuré sans rien foutre çà me plaît plutôt bien. 

*         *

*

Dernières remarques concernant cette élection présidentielle hexagonale 

Chacun se demande   quelle mauvaise surprise  sortira des urnes le 23 avril prochain. Qu’elle soit tout à fait indécise et  plus dangereuse que jamais cette élection est placée  qu’on s’en émeuve ou non, sous le signe de cette fâcheuse réalité.  Avec un F Haine jamais arrivé aussi haut dans les sondages, un Fillon  dont les péripéties juridico politiques vont laisser des traces indélébiles , un Emmanuel Macron qui vient brouiller les cartes et un Benoît Hamon qui cravache dur pour se démarquer de l’image désastreuse d’un P.S . accusé d’avoir trahi sa base  Je n’irai pas jusqu’à dire tout sauf Marine Le Pen mais presque car de là vient le vrai danger avec une idéologie qui ne colle vraiment mais vraiment pas avec l’idée que je peux me faire d’une vie politique apaisée. Pas un mot sur Mélenchon, Dupont Aignan et consorts trop petits mes amis…  désolé pour vous! ! ! 

Si au premier tour je sais déjà sur qui je vais porter ma préférence au second tour ce sera une autre paire de manche.  En supposant qu’au deuxième tour il y ait Tartuffe contre Le Pen je crois bien que ce jour là je partirai à la pêche …. aux moules et sans doute ne serais-je pas seul dans ce cas là du côté des à peu près sympathisants de gauche. . 

Jean Valleyzélé

.
 

PLAIDER POUR UNE BIBLIOTHEQUE ALLEGEE

QUELQUES LIVRES

ESSENTIELS

Résultat d’images pour quelques livres suffisent photos

 SUFFISENT-ILS

A ACCOMPAGNER

UNE VIE DE LECTEUR?

*    *

*

 

 Au fond,  la taraudante question pour tout lecteur de goût  consistera fréquemment à se demander si cela vaut la peine de chercher à dévorer des bibliothèques entières  plutôt que de s’en tenir à quelques ouvrages  dûment choisis et de haute qualité qui pourront être relus sans cesse avec cette bienheureuse et rassurante perspective de ne jamais réussir à en épuiser tout l’intérêt.  

Serait-ce un mauvais signal lié à l’âge qui avance ou un simple  soubresaut de mémoire devenue capricieuse toujours est-il que hier encore, je croyais me  souvenir assez précisément d’un fait qu’aurait  rapporté  Henry Miller lors d’une Résultat d’images pour henry miller photosvisite que ce dernier aurait accomplie  dans les années cinquante chez John Cowper Powys,visite au  cours de laquelle le très francophobe écrivain gallois pour qui le très francophile écrivain américain vouait une totale admiration ( ceci n’interdit évidemment pas cela )  aurait affirmé à l’oncle Henry que question lecture il ne se  limitait plus depuis un moment déjà qu’à une quinzaine Résultat d’images pour john cowper powys photosd’oeuvres littéraires majeures  qu’il lisait et relisait sans cesse ajoutant pour se justifier ce choix  qu’une dizaine d’ouvrages triés sur le volet, suffisait à s’imprégner des grands thèmes développés jusqu’ici en littérature.

Je n’affirmerais en aucun cas que cela puisse être rigoureusement vrai ne sachant plus avec exactitude dans quel ouvrage d’Henry Miller   ce passage pourrait  se trouver.  Serait-ce dans Les livres PLAIDER POUR UNE BIBLIOTHEQUE ALLEGEE dans les livres de ma vie product_9782070779680_195x320de ma vie ou alors un autre dont le titre m’échappe? Pour me rendre compte je me suis donc appliqué à rechercher les passages( ils existent) où Henry Miller évoque  tout l’intérêt qu’il a eu à lire Cowper Powys mais je déplore n’avoir pas trouvé   trace de cette intéressante  confidence. Alors dois-je admettre avoir   rêvé ceci  et dois-je donc me résigner à conclure que finalement j’ai peut-être été victime d’une mémoire facétieuse  . Et pourtant je crois encore me souvenir avec assez de clarté que parmi cette quinzaine d’ouvrages choisis définitivement semblaient figurer en bonne place le Don Quichotte,   L‘Illiade et L’Odyssée  ainsi que Les Essais de ce cher Montaigne.  Car si Cowper Powys ne portait pas la France dans son coeur (le bonhomme avait sans doute un côté atrabilaire qui le poussait à ne pas aimer grand monde)  il accordait au moins à Montaigne une stature de géant des Lettres.

*     *

*

Robinson Crusoë ne dispose que d’un seul livre ; la Bible.   Exemplaire trouvé presque par hasard  sur cette épave Résultat d’images pour HOLY BIBLE  PHOTOSéchouée à une ou deux encablures de son île laquelle Bible aura été sa seule nourriture spirituelle et son seul lien avec le monde d’avant, pendant tout le temps de son isolement insulaire.  Pourquoi La Bible en particulier  pouvons-nous nous interroger? Nous aurions posé la question à Defoë qu’il aurait probablement répondu que c’était le seul hasard ou la providence qui le lui avait mis entre les mains,  le seul livre  capable d’aider un être venu de la civilisation  à ne pas sombrer dans la bestialité en un lieu aussi déshérité .     Cela étant, rien n’interdit pas de penser non plus que si à la place de La Bible, Robinson fut tombé sur un traité de savoir survivre ce dernier eut été un livre d’une utilité tout aussi défendable

 

Je dois admettre que je ne lis plus guère mais comme le disait et le faisait LéautaudRésultat d’images pour paul léautaud photos je relis beaucoup.   il y a ainsi des ouvrages que j’ai déjà lus des dizaines de fois et que je relirais encore avec un bonheur égal.  Or, un livre qu’on peut lire plusieurs fois  à des âges différents et qui permet  de découvrir, à chaque lecture, des perspectives nouvelles me semblera toujours un livre capital pour la formation et la consolidation de l’esprit.  

On voudrait se lancer à  lire tous les livres qui ont déjà été écrits jusqu’ici  qu’un temps astronomique serait forcément nécessaire pour accomplir pareille tâche ce qui à l’échelle plus que modeste d’une vie humaine  s’avèrerait, il faut l’admettre, une entreprise tout à fait irréalisable. En supposant que tout au long d’une vie de lecteur on lise un livre par semaine en sachant que notre vie active de lecteur s’étendra sur une période qui va de soixante à   soixante dix ans dans le meilleur des cas,  on sera, au mieux en mesure de lire  quelque chose comme 3500 à 4000 ouvrages. Si cela dans l’immédiat représente un nombre assez remarquable, cela reste d’une redoutable insignifiance au regard de ce que représente toute la création littéraire déjà existante. Un tel  constat me conduit une fois de plus à  soutenir  que s’acharner à suivre de près l’actualité littéraire au regard des classiques de portée universelle qu’il nous restera à lire et qu’on ne lira sans doute jamais par faute de courage relève d’une démarche bien vaine et sans grand profit. 

S’il m’arrive de me procurer ici et là quelque livre qui sent encore l’encre fraîche c’est, en tout cas, avec l’idée très arrêtée  qu’il vaut mieux   qu’une exposition d’une semaine en tête de gondole puisque j’ai décidé qu’il irait  se ranger en bonne place dans les rayonnages de ma bibliothèque avec pour destin d’être lu plusieurs fois ou à défaut d’être régulièrement consulté  sinon pourquoi ferais je  l’effort de me le procurer?. 

Résultat d’images pour sénèque  photos Dans la catégorie des livres qui m’auront été vitaux et qui représentent à mes yeux  la crème des crèmes de mes lectures,  je citerai assez spontanément  les Lettres à Lucilius en même temps que quelques autres traités de  ce cher Sénèque comme De la brièveté de la vie ou  De la tranquillité de l’âme en tête sans oublier dans la même veine stoïcienne Les pensées pour moi-même de Marc Aurèle qui sont  selon moi autant  de viatiques  dont les vertus consolatrices ne sont plus à démontrer plus encore ce me semble que ne pourrait le faire une lecture assidue et régulière de La Bible dont certaines parties je le souligne me sont particulièrement chères  comme  l’Ecclésiaste qui est à peu près le seul livre de la Bible à cette heure que je trouve digeste avec, ne soyons pas injuste avec quelques passages du cantique des cantiques  et vers lequel je reviens assez souvent avec l’idée qu’il aura contribué grandement à affermir mon esprit  à certains moments où je le sentais flageolant tout en ne sachant plus aujourd’hui cependant  si c’est en lisant L’Ecclésiaste  que de fil en aiguille j’en suis venu à goûter la philosophie stoïcienne  ou le contraire?  

Résultat d’images pour MARQUIS DE SADE PHOTOS.  

Est-ce que si je suis amené à  fixer mon horizon de lecture à une dizaine de livres je retiendrais pour autant Donatien De Sade? Beaucoup à tort ou à raison me le déconseilleraient et pourtant s’il y a des textes de lui que je  relireai avec toujours autant de  curiosité et d’étonnement c’est bien  Français encore un effort et  le dialogue entre un prêtre et un moribond deux textes  vers lesquels je reviens souvent pour la fascination qu’ils exercent sur moi pas seulement à cause de leur hardiesse mais aussi par cette modernité sous-jacente saisissante et cette radicalité qu’ils mettent à pourfendre l’obscurantisme et à encourager tout individu à s’affranchir des plus imbéciles sujétions.  C’est en cela que le Marquis de Sade est à mes yeux abstraction faite des répétitives et souvent ennuyeuses mises en scène pornographiques un écrivain des lumières, controversé et mal aimé sans doute mais écrivain des lumières quand même et ce serait lui rendre justice de le citer un peu plus souvent dans le voisinage immédiat des Diderot, Voltaire Rousseau ou Montesquieu

 Ce qui me fait aimer la compagnie de  Montaigne  se rapporte à son universalité et c’est cette universalité qui me le rend  tout Résultat d’images pour montaigne  photosautant intemporel que peuvent l’être les grands anciens les Epictète, les Sénèque les Virgile, les Sophocle etc… Chez Montaigne il y a surtout une vaste curiosité,  jamais mise en concurrence avec un savoir encyclopédique,  qui fait montre d’une certaine connaissance par le prisme de sa propre expérience, sa propre sensiblité sans y mettre des jugements de valeur qui forcément font courir le risque de réduire une possible portée  universelle.    Je pourrais encore ajouter quelques noms qui pour moi sont  d’autres intimes de mes lectures  des noms que j’associe à une oeuvre en particulier Victor Hugo aux Travailleurs de la mer Alexandre Dumas à Monte Cristo,  Anaïs Nin à son journal  ainsi que Emmanuel Berl à Sylvia ou encore Simon Leys  à Protée et autres essais qui est comme une déclaration d’amour à ces grands noms de la littérature que sont Cervantès , Victor Hugo ou André Gide

 Jean Valleyzélé

I

.
 

CHRONIQUE DU DESERT(2) JE ME DOIS D’ÊTRE HONNÊTE


 SE CONFESSER SOUS LE SIGNE DE ST AUGUSTIN

ET DE J.J ROUSSEAU

Résultat d’images pour rousseauRésultat d’images pour st augustinRésultat d’images pour caricature de militant syndical

  SINCERITE  FIRST

SUR LA NON ETENDUE DE MON

« MILITANTISME »

SYNDICAL

*           *

*

N’est-ce pas un peu présomptueux de se confesser sous le signe de  gloires telles que St Augustin, Montaigne ou Jean Jacques Rousseau auprès de qui j’ai particulièrement présente cette singulière sensation de me sentir ramené vers ma propre insignifiance.

En dépit d’une soi disant image de moi qui traînerait encore au Désert et qui prouverait qu’indiscutablement on ne m’a pas encore tout à fait oublié, je confesserais n’avoir jamais vraiment disposé d’une vraie fibre syndicale comme  je l’aurai laissé supposer  convaincu en cela  m’être montré,  dans ce domaine,  ce qu’onRésultat d’images pour  triumph obernai  photos appelle un bien piètre militant à qui manquait surtout la foi et peut-être aussi tant qu’on y est la loi.

Si d’un côté j’ai souvent passé, aux yeux des bédouins, pour une sorte d’activiste qui leur inspirait confiance parce-que rien, ou à peu près rien, ne semblait l’effrayer je me suis surtout employé pendant toutes ces années où j’ai soi-disant exercé, à maintenir mes plus respectueuses  distances  vis-à-vis  d’un tel engagement de nature foncièrement énergivore. 

C’est probablement, la raison pour laquelle j’ai soi-disant « milité » plus d’une vingtaine d’années sans avoir eu ce sentiment d’avoir été tout à fait l’un de ces vrais militants exaltés qui poussent, en général si loin l’éthique de leur mission que celle-Résultat d’images pour caricature de syndicaliste   photosci finit par prendre une dimension sacerdotale dangereusement absorbante .  Bien loin de moi, en somme un tel modèle pour cette bonne et suffisante raison, que je ne me suis jamais senti d’humeur à  gober et  relayer toutes ces salades, toute cette propagande,  tous ces discours dopés aux clichés, à la langue de bois et aux mauvais slogans que j’ai toujours estimés plus nigauds les uns que les autres. 

C’est surtout en obéissant à une démarche dilettante que je me serais soi-disant immergé dans cette vie dite syndicale, parce que surtout je me suis refusé une bonne fois pour toutes de croire au sérieux  de la soi disant valeur supérieure et désintéressée d’une pareille mission.

En tout cas j’ose affirmer, aujourd’hui encore comme je l’ai si souvent laissé entendre ( en petit comité exclusivement) que si j’avais misé sur la réussite d’une carrière professionnelle j’eusse pris opportunément soin de ne jamais m’engager sur un chemin qui de fait, semble interdire, sauf arrangements et petites trahisons entre amis, toute possiblité brillante de plan de carrière

Ceci posé, je puis dès lors avouer que si j’ai un jour endossé cette « défroque » de syndicaliste, comme le moine vêt la bure c’est moins, je suppose, par vocation que par un concours accidentel de circonstances  dont je n’ai évidemment pas maîtrisé lesRésultat d’images pour bure du moine photo tenants et les aboutissants. Celles et ceux qui pendant toutes ces années  m’ont vu ou plus exactement ont cru me voir à la manœuvre admettront même m’avoir reconnu un petit talent dans l’exercice de cette mission et m’ont même accordé, dans leur aveuglement assez pardonnable, vu le contexte, un crédit et des compétences dont j’ai toujours douté et dont je doute encore de la réalité.  J’ose du moins espérer que parmi, eux, certains  auront aussi deviné que derrière les apparences je m’efforçais de rester sur une certaine réserve avec l’idée très présente de ne jamais dilapider toute mon énergie dans ce genre de vaine mission . Car il est exact que si j’avais uniquement conscience de tenir un rôle, rien qu’un rôle,  en aucune façon j’aurai accepté, par-dessus le marché de lui être inféodé. J’avais, en tout cas pour règle qu’aussitôt que j’avais consacré assez de temps ( trop de temps) à ce rôle et que je lâchais cette défroque( toute symbolique je précise au passage) il n’était plus question, alors de se conduire auprès de ma personne  comme si je la portais encore. Chaque chose à sa place et chaque chose en son temps telle aura été ma devise  que je crois m’être appliqué à défendre bec et ongles.   Ce qui  fait que j’ai toujours eu horreur   de ce glissement des conversations privées vers cette question syndicale qui peut, à n’importe quel moment et sous le prétexte le plus futile quelquefois revenir inopinément s’inviter.  C’est animés d’un tel esprit  qu’il arrive que certaines individualités viventRésultat d’images pour tête de con  photos dorment et mangent syndicat; un cas de figure relevant du pathologique qui va jusqu’à leur faire perdre  tout ce recul nécessaire qui les autoriserait, en toutes circonstances à garder les idées claires. 

J’ai ainsi connu une espèce de khonne ni moche ni jolie d’ailleurs, laquelle était convaincue, la pauvresse d’œuvrer pour le bien commun et qui en agissant ainsi, avait cette certitude au rabais de donner un sens à peu près présentable à sa V.D.M. Vous n’étiez pas cinq minutes en sa présence qu’elle vous ramenait invariablement la conversation sur les problèmes  réels ou imaginaires qu’il lui fallait surmonter dans son Désert. En attendant elle aurait mille fois mieux fait de baiser un peu plus et de penser moins à toutes ces soucieuses affaires qui la ramenaient toujours  à ses histoires de Désert qui saoulaient toutes celles et ceux qui étaient amenés à la croiser. A force de l’observer J’avais d’ailleurs retenu que ce n’était pas forcément parce qu’elle semblait se consacrer corps et âme et le reste à cette sacerdotale fonction qu’elle en devenait pour autant plus efficace et compétente. Et naturellement pour couronner le tout, humainement parlant elle était rien de moins que d’une médiocrité abyssale.  Si dans le genre je pouvais reconnaître à certains quelques talents elle, tout du moins en était parfaitement dénuée et qui pour preuve de ce manque évident de qualités passait d’un échec à l’autre en accusant à grands cris( forcément) le mauvais sort et l’acharnement de forces obscures et sournoises d’être chaque fois la cause de ces non réussites à répétition. Le pire constat qui pouvait être entrepris avec elle, c’est qu’elle donnait surtout le sentiment de remuer du vent et de piétiner sur place. Son engagement militant puisque c’est comme çà que çà s’appelle dans le charabia d’usage de ce milieu particulier c’était sans doute moins vouloir défendre les autres que de tenter d’oublier le genre de vie imbécile qu’elle menait.  . Il fallait faire avec puisque c’était avec ces sortes de gens qu’il me fallait partager mes journées.  Quant à ma mission qui consistait à défendre les bédouins, mille fois il m’est arrivé de songer qu’au fond leurs problèmes je m’en fichais autant que de ma première liquette et que s’ils avaient réellement cherché à les résoudre ils eussent surtout dû commencer par moins accuser les autres d’être à l’origine de tous leurs maux et découvrir qu’en eux-mêmes ils disposaient probablement d’assez de ressources susceptibles de leur permettre de mieux se défendre.

Si au cours de toutes ces années les bédouins m’ont carrément plébiscité pour les défendre,(toute modestie mise à part j’ai vécu cette situation non d’ailleurs sans ironie) quoiqu’ils sussent que je n’appartenais pas tout à fait à leur monde, n’étant arrivé parmi eux que par un caprice du hasard, ce fut parce qu’ils me faisaient confiance  pour cette bonne raison qu’ils avaient dû pressentir quelque part dans ma conduite un détachement  un désintéressement qu’eux même n’étaient pas en mesure de s’appliquer et qui les amenait invariablement à penser sachant, pour l’avoir flairé, qu’une pareille bassesse n’appartenait pas à mon caractère et que par conséquent je ne les aurais jamais trahis.

Pourquoi donc avoir choisi ici ce terme si particulier de confessions! !   Rien en tout cas ne m’interdit encore à ce stade d’arrêter mon choix sur un autre terme qui pourrait, je suppose, largement le valoir. Confidences ne m’eut pas déplu et il aurait au moins eu ce mérite de ne pas exhaler cette connotation plus ou moins religieuse qui tend à ma rebuter.

J’ai sans doute cru assez longtemps qu’il suffisait de dire à quelqu’un qu’il vit dans une situation de merde pour que ce dernier sache aussitôt prendre des distances avec cette situation. A l’épreuve de la réalité ce n’est jamais aussi simple que cela paraît et qu’il faut à partir de là  faire face  à des résistances insoupçonnées qui peuvent conduire à affirmer qu’au fond s’ils se trouvent dans cette situation c’est que peut être ils ne méritent pas mieux.

Le tort de pas mal de bédouins désespérement restés au bas de l’échelle c’est de croire qu’ils ne pourront jamais se libérer de leur condition ! Constat qui arrive à leur ôter tout courage quant à chercher à s’affranchir ou à voir autrement leur manière de vivre tant ils ont fini par avoir la certitude qu’il existe une logique naturelle contre laquelle, ils ne pourront jamais lutter.Et après on s’étonne que les petits salariés  forment aujourd’hui l’un des plus gros bataillons d’électeurs du Front National. ( suite au prochain épisode) .

Jean Valleyzélé

 

 

 

.
 

ST Bernard de paccotille et suspicion de rigueur

  •  Que faire des velléités 
  • *
  • inquisitrices d’un fâcheux?  
    •  

———————————————————————————————————————————————————————————————————————–

 

Quelques signes plus ou moins diffus suffisent quelquefois à se  replonger, sans qu’on ne  l’ait un seul moment souhaité, vers  cesRésultat d’images pour croix gammée  photos temps, en somme assez peu glorieux, où l’activité de certains bons français, sous-entendus ceux qui avaient cette pente à vouloir : trop en faire pour plaire à Vichy et Résultat d’images pour pétain photosles autres dangereux guignols à croix gammée consistait, arrêtez-moi si je me trompe, à dénoncer en grand nombre celles et ceux qui leur semblaient être de mauvais français. Ce qui  au regard des critères tout à fait subjectifs et partisans établissant  ce que devait être un profil souhaité de bon français revenait à dire que peu de monde, au final répondait à ces critères là. 

Par bonheur me hasarderais-je à dire cette époque est bel et bien révolue et  appartient désormais à la seule Histoire avec un grand H ou peut-être même une grande H ? Résultat d’images pour hache photographyforcément. Du moins c’est ce que chacune et chacun se plaît à penser… pour se rassurer. Mais,  cela dit, certains mauvais réflexes,  ne semblent pas pour autant,  d’après ce qu’on peut observer, ici et là ,chaque jour, avoir tout à fait disparu. Doit-on s’en émouvoir pour autant?

*           *

*

Résultat d’images pour homme  handicapé avec une canne  photo

Tu décides de partir marcher  à la brune quelque part sur l’une  de ces petites routes de campagne assez peu fréquentées, une  route tout à fait peinarde et bucolique qui traverse des bois tout aussi tranquilles. C’est une fin d’après midi de plein hiver à cette heure où la nuit  succède au jour sans quasi transition. Tu es en Bretagne et  l’air est doux comme  il arrive souvent en cette saison dans cette région à fort  caractère.  Evidemment tu marches prudemment du côté gauche de la chaussée pour faire face au danger d’un  aussi bon pas que peut le permettre ton infirmité et  chaque fois qu’une voiture vient dans ta direction, que tu vois les phares approcher  tu   te ranges promptement sur l’accotement herbeux histoire de ne pas gêner…au moment où elle te croise   . Tout cela s’accomplit avec tant de soin   que le conducteur, au passage, n’a sans doute même pas eu le temps de te voir piqué   au bord de cette route si tranquille.

Mais comme une route fonctionne en général dans les deux sens  il ne faut pas bien longtemps avant qu’un autre véhicule dont tu entends le bruit de moteur approcher n’arrive cette fois de derrière  te dépasse en t’ignorant où bien   ralentit à ta hauteur en même temps que tu perçois une voix te héler où se mêlent inquiétude et interrogation. :  

Résultat d’images pour bon samaritain photos-çà va monsieur  vous n’avez pas besoin d’aide?  à quoi tu réponds sur un ton qui s’efforce de se montrer le plus rassurant possible que tout va bien que tu effectues ta marche de santé  de fin d’après-midi et que de ce côté là il n’y a aucun soucis à se faire.  Encore deux ou trois mots amicaux et dans le meilleur des cas la bagnole redémarre, s’éloigne et disparaît dans la nuit.  

« Voilà un type bien serviable du genre  prêt à venir en aide  au cas où » te dis-tu alors  .  Une telle conduite te paraît animée des meilleures intentions  surtout dans un monde où l’individualisme règne sans partage ou presque. Il peut même arriver   aussi, sans autre désagrément, que ce genre de bon samaritain se fasse  même un peu plus insistant .  

  Vous êtes bien sûr que çà va ?. vous n’auriez pas perdu votre chemin dès fois ? 

Jusque là tout va encore bien mais il faudrait quand même pas  qu’il s’attarde trop non plus, çà finirait par devenir pesant à la longue. 

 Et puis Enfer et damnation! ! !  surgit dont ne sait où une catégorie d’usager de la route d’une espèce toute différente  et carrément moins obligeante  du genre à couper le moteur du véhicule et surtout du genre  à descendre dudit véhicule et à s’approcher de toi avec un air plein d’autorité un soupçon menaçant et qui à peine arrivé   à ta hauteur  te fait tout de suite la leçon  sur un ton qui n’a rien d’amical.  

 Monsieur qu’est ce que vous faîtes là au milieu de cette route de forêt à cette heure?  en vous voyant ainsi on est forcément Résultat d’images pour vous    vous là je vous accuse  photosamené à se poser quelques questions?.

il veut dire par là évidemment que s’il ne te prête pas encore de mauvaises intentions il n’en est plus très loin.    Que tuRésultat d’images pour tête de beauf  photos le veuilles ou non avec ta canne et ta démarche claudicante tu deviens le suspect idéal susceptible  d’enflammer en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire, la charge  paranoïaque  logée dans sa petite tête de beauf. 

 En  disciple éclairé de Sénèque,  de Marc Aurèle et de   Siddhārtha Gautama pour compléter le tableau puisque dans ton panthéon intérieur tu as toujours étroitement associé  ces trois là,  tu gardes jusque-là un calme  qui force l’admiration, tu t’ amuseraisRésultat d’images pour boouddhisme et stoïcisme  photos presque de cet interrogatoire que t’estime être de la plus parfaite incongruité de la part  de  ce « bon citoyen »convaincu nul n’en douterait d’être dans son meilleur droit en adoptant une telle conduite et qui  cherche manifestement   à s’arroger  les pouvoirs d’une autorité dont il n’est même  pas  investi . Et de ton côté tu n’attends plus que le moment où son insistance devient peu supportable pour lui volerdans les plumes à ce gros lard du genre franchement inquisiteur qui insiste lourdement  Dites qu’est ce que vous faite là à cette heure au milieu de cette forêt non mais c‘est  singulier çà  vous devriez être chez vous à cette heure, vous n’avez pas à être là  tout juste  s’il ne demande pas  si tu as un laissez- passer cet épigone de la Waffen SS. 

Tout à fait le genre de fâcheux qui commence  te les briser menues et plutôt que de chercher à calmer le jeu tu sens bien qu’il poursuit en obéissant à une logique inquisitrice implacable. 

Ohabitez-vous  d’abord?  

c’est tout à fait avec ce genre de question que  paracheve l’effritement de ton calme et qui active ton côté soupe au lait quine demande plus qu’à  prendre le relais.   Jusque-là tu t’es t’appliqué à encore resté poli mais tu n’a plus vraiment envie de te soumettre à cet interrogatoire, si tu commences à le satisfaire là dessus il finirait par exiger ton ‘adresse  exacte ton nom  ton numéro de sécu alors quelque chose en toi t’avertit que la ligne jaune est franchie. Alors d’une voix déjà enflée Tu lui souffles dans le nez 

Résultat d’images pour Hulk photoC’est quoi cet interrogatoire de flic?tu vas me lâcher oui  on peut plus se mouvoir librement  dans ce pays qu’on vous suspecte tout sde suite des pires maux ceci dit avec l’idée bien précise que le vouvoiment, à ce stade où la tension grimpe dans un mouvement de moins en moins controlé, n’est déjà  plus de rigueur. 

 Mais très vite au travers de l’agressivité même de sa conduite tu conclus que ce n’est pas çà qui l’a fait s’arrêter cet abruti  c’est surtout que çà le dérange qu’un type avec une canne puisse se trouver là à cette heure et comme il est à moitié parano, il trouve évidemment çà suspect. 

Et voilà ou nous en sommes, il suffit qu’un quidam   avec une canne marche au bord d’une route  pour qu’il soit immédiatement suspecté de je ne sais quoi par la côterie des beaufs du coin ! Le gazier tient surtout à t’intimider puisque dans la foulée il menace d’appeler les gendarmes croyant peut-être, dans son délire, que tu n’as pas la conscience tranquille. Alors tu lui réponds une dernière fois pendant que ta voix enfle:

Tu peux les appeler si çà peut te faire plaisir j’en ai rien à foutre  et tu le laisses planté là alors que tu reprends le cours de ta marche .  Tu crois un  instant qu’il va t’emboîter le pas, peut-être mêmepour   laver l’affront que tu viens de lui faire subir et ainsi mettre un terme  à ton vilain esprit de contradiction  va-t-il  sortir le fusil de chasse qui trône sur le siège arrière de son hideux 4X4 et t’abattre comme un lapin . Au lieu d’en arriver à ces extrémités à fort potentiel sanglant il remonte sans dire un mot dans sa poubelle et part tout de suite. L’incident est clos . Il  peut si çà lui chante appeler les magasins bleus   toi en attendant tu avances d’un bon pas sur cette route toujours aussi tranquille. Qu’il fasse demi tour et revienne dans ton sillage pour t’intimider te semble déjà une autre histoire et cette fois tu es bien décidé à ce que si tentatives d’intimidation il y a , elle ait définitivement changé de camp . 

Jean Valleyzélé

.
 

Entre intelligence disqualifiée et exhibitionnisme du néant

 

FAIRE DU BUZZZ

Résultat d’images pour bzzz bzzz  dessins

Que d’efforts gaspillés  

pour qu’on parle de soi

————————————————————————————————————– 

 Si je m’applique à chercher avec toute l’attention requise ce que signifie l’expression faire du buzz ,  je soulignerai en premier que cetteRésultat d’images pour arsène lupin  dessin expression repose sur une quasi onomatopée liée étroitement au bourdonnement joyeux d’un insecte en vol  tel que celui de l’abeille ou de la mouche,    à la différence notoire  malice mise à part, avec  un  Arsène Lupin  qui lui, quand il s’emploie à voler, et chacun sait que chez lui le vol est un bel art,  s’entoure de la plus grande discrétion. 

Dans un environnement en accélération exponentielle, les mots eux mêmes n’échappent pas à cette fièvre, des mots ou des expressions diront certains qui vont subitement surgir dans l’espace public   repoussant ces temps déjà lointains où la  langue se construisait  sur un  socle séminal gréco latin ou encore plus intentionnellement avec certains mots d’autres langues venus s’inviter ou qui se sont carrément imposés comme pouvait le déplorer le linguiste René Etiemble dans les années soixante.  ça c’était l’époque où on  se plaignait  que notre langue, sous entendu notre belle langue, était de plus en plus parasitée ( colonisée?) par des mots venus d’outreRésultat d’images pour main au panier photos-manche ou d’outre atlantique et qui auraient eu pour conséquence de la dénaturer et l’appauvrir. Se pose t-on encore vraiment la question aujourd’hui quand on parle de football ou de basket ball alors qu’on trouverait bien ridicule désormais  de parler de balle au pied ou de balle au panier( main au panier çà peut se dire?) pour désigner respectivement ces deux activités sportives. 

 Si les  mots qui composent notre langue ont  fréquemment pu, j’y reviens, se construire à partir du latin ou du grec il n’est pas Résultat d’images pour bzzz bzzz  dessinsinterdit de relever qu’en fonction de la situation et l’air du temps de nouveaux mots peuvent naître de manière plus étonnante, plus spontanée  à partir d’une onomatopée par exemple comme c’est le cas pour le buzz  mot qui va quérir son origine à partir d’un son caractéristique  en provenance du règne animal.   Pourquoi  s’en offusquer à partir de l’instant où l’on sait  que le premier mot prononcé par un être humain devait sans nul doute plus ressembler à un cri animal comme une illustration langagière directement compréhensible  qu’à une volonté réfléchie d’agencement  syllabique.   Après tout il aurait pu être  retenu autre chose de pire que buzz parce que, à tout bien considérer, cette onomatopée ne me semble n’avoir rien de particulièrement affreux en elle-même et possède même en cela  quelque chose d’universel où à partir de l’image d’ailleurs que font naître tout de suite à l’esprit les onomatopées permet de saisir le sens immédiatement.  Parce que après tout les abeilles, qu’elles vivent n’importe dans quel coin du monde  font  toutes à quelques nuances près bzzz bzzz. Le buzz disais-je,  çà nous évoque par extension un phénomène vieux comme le monde qu’on nomme le bouche à oreille avec toute la vivacité que cela signifie et aussi le risque de déformation que cela entraîne aussi quelquefois.  Et ceci a de particulier dans le cas-ci   qu’il prend son essor Grâce au développement du web.  Le bouche à oreille, autrefois limité, bénéficie aujourd’hui du soutien d’un porte voixd’une indéniable puissance capable de se répandre comme une traînée de poudre jusqu’à devenir incontrôlable quelquefois. 

Résultat d’images pour le bouche à oreille  dessins 
Résultat d’images pour crier avec un porte voix  photos
.Comme aujourd’hui il est observé qu’un certain nombre de phénomènes qui se passent sur internet, le buzz représente justement un phénomène qui a pour point de départ essentiellement cet outil médiatique.    Utilisée par tous, cette expression 
( faire du buzzest intéressante car elle doit son acte de naissance à un phénomène, un « événement qui prend corps et s’amplifie avec tous ses excès y compris, grâce ou à cause d’ Internet . Si on cherche la définition de « faire du buzz » sur Internet, on tombera invariablement sur cette définition : expression qui évoque le bourdonnement d’un insecte et il ne faut évidemment pas avoir fait polytechnique pour avoir compris cela.  Si une rumeur recèle quelque chose de douteux, l’effet de curiosité va attirer un maximum de monde un peu comme une bouse attire les mouches.  C’est essentiellement sur cela que repose l’expression faire du buzz.  Tout ceci nous invite à réfléchir précisément sur notre société où les images viennent nous envahir en permanence au point de parvenir à faire  office de guide et de référence, avec les risques forcément que cela fait courir 

Cette obstination  avec laquelle s’emploient certaines individualités pour se convaincre que leur V.D.M (Vie de. merde) présente quelqu’intérêt aux yeux des autres, témoigne de façon pathétique souvent ce  degré de  médiocrité dans laquelle semble patauger une époque où il est d’usage assurément de vouloir faire d’un rien, ne serait-ce que le temps de le dire, un événement majeur.  Car ici, disons-le,  il est à l’évidence moins important de se montrer sincére et honnête que de laisser croire à tous les réels ou supposés « followers » qu’on puisse  au nom d’une vanité mal assumée se montrer d’une plus grande originalité que les autres. A partir du moment où on se met dans la tête que nous vivons exclusivement dans un monde de paraître, chercher à faire du buzz devient comme un passage obligé pour qui est obsédé par cette quête; peu importe que ce soit en bien ou en mal  d’ailleurs puisque le but poursuivi est d’être à un moment donné l’objet de toutes les attentions dans un environnement où la futilité est plus que jamais devenue une sorte de compétition visant à feindre cette sensation d’exister un ton au-dessus du voisin, L‘important dans ce contexte étant qu’on parle de soi  et que cela accorde un certain statut, une certaine forme de reconnaissance celui d’une certaine importance même éphémère et d’une soi-disant singularité et en cela bien sûr on est subitement très éloigné d’Epicure et de son  pour être heureux vivons cachés. Car il est important dans un monde d’une désolente uniformité  de faire valoir cette vaniteuse prétention  à se distinguer un tant soi peu de la masse. Cela illustre assez précisément au fond ce qu’affirmait cette opportuniste crapule d’Andy Warhol  à propos du quartRésultat d’images pour andy warhol photographie d’heure de gloire dont chacun aurait  droit une fois dans sa vie. Et pour ce quart d’heure là certains seraient prêts à accomplir n’importe  quelle affligeante stupidité  voire même surtout à en remettre une couche de trop dans le spectaculaire.    .Ne surtout jamais perdre de vue que ce   qui est au centre de l’affaire c’est l’image et plus exactement celle qu’on retrouvera en particulier sur internet car c’est là que tout tend à se canaliser. Quelquefois ce sont des images  saisies sur le vif d’autres fois ce sont malheureusement des images avec mises en scène grossières qui resteraient anodines et sans danger si les acteurs de circonstance n’en rajoutaient pas une couche pour faire les malins .

Pour clore ce billet, je garde à l’esprit ces images grotesques  inopinément saisies au vol voici quelques mois maintenant   où Résultat d’images pour joey starr photographieun sinistre chien rechigné  fiche son poing sur la figure d’un obscur chroniqueur d’une de ces émissions pour décérébrés dont la T.V nous abreuve jusqu’à plus soif . Inutile de citer des noms ici,  ils n’ont aucune  espèce d’importance puisqu’ils ont quelque part vocation à être  aussi vite oubliés qu »ils seront apparus un  bref, très bref instant sur le devant de la scène ( le quart d’heure de célébrité que voulez-vous). On en est arrivé là  aujourd’hui à souligner  à gros traits des non-événements de cette nature au détriment souvent de ce qui aurait une véritable importance parce que nous sommes passés non seulement dans les mouvements toujours surprenants et imprévisibles d’une société où un micro événement  tend à chasser l’autre (témoins les chaînes d’info continue) .   Cette séquence là a fait le buzz pendant deux jours ( deux heures?)sur les zapping et les réseaux soi-disant sociaux et puis  huit jours après plus personne ou presque n’était capable de se souvenir ni du nom, ni du visage  de ce qui aura fait cette célébrité  éphémère  parce que tout çà est reparti dans son néant  dont il n’aurait jamais dû s’extraire .

Jean Valleyzélé

 

 

 

 

 

 

 

.
 
12345...11

Navigation


Unpetitpeudetoutsurtout |
Happyday20 |
Clickbank Marketplace |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Monpetitblogfrancais
| Dwayneitbg
| buyfurnitureset02